Projet Narratopias : à la recherche de « nouveaux récits »

Daniel Kaplan & Chloé Luchs – Paru dans Usbek & Rica le 27 septembre 2021

Comment quelque chose d’aussi fragile qu’un (ou plusieurs) récits pourrait-il s’opposer à un phénomène aussi massif que le changement climatique ? Par la mutualisation des mots, des discours, des idées capables de faire bouger les lignes de notre système de représentation mentale. Tel est le projet de Narratopias, selon Daniel Kaplan et Chloé Luchs-Tassé.

Le temps est donc venu de produire les narratifs de demain », écrivait Laurence Monnoyer-Smith, ici-même, dans sa tribune du 19 mai, qui annonçait le projet Narratopias. Elle précisait : « ceux qui sauront susciter le désir des femmes et des hommes pour un autre monde, soutenable celui-ci. » Cet appel à un ou plusieurs « nouveaux récits » retentit un peu partout. Au Forum Économique Mondial : « nous avons besoin de nouveaux récits afin de rassembler en faveur d’un monde plus inclusif et durable à un moment où, comme l’affirme Greta Thunberg, « notre maison brûle » ». Chez Pablo Servigne, pourtant assez éloigné de Davos : « L’enjeu, aujourd’hui, est de s’accorder sur un récit (ou plusieurs), et de le co-construire ensemble. De s’ouvrir de nouveaux horizons. » Chez la philosophe Isabelle Stengers : « S’il existe une post-anthropocène qui mérite d’être vécue, celles et ceux qui l’habiteront auront besoin d’autres récits, où aucune entité n’occupe le centre de la scène. »

Lire la suite »

Interview: Design, and mobilising and rejuvenating future imaginaries

For the Speculative Edu community and website, James Auger talks with Daniel Kaplan about the Plurality University initiative and design’s relation to future imaginaries.

« Dystopias are easily crafted (just push one characteristic of today’s world to an extreme), while utopias need to rethink a lot of things – meaning that probably, dystopias and utopias are not exact opposites… »

(…)

« Fiction helps to broaden the initial set of thinkable futures from which public debate or decision-making will start (imagine if the preparation for COP32 started with a much, much broader set of stories to pick from); it has the potential to “shift expectations” (I took that from an artist whose name I’ve forgotten), creating a different kind of public opinion pressure; it provides spaces for mental simulations of different alternatives, that allow for more complex thinking than, say, “models”, and that take subjectivity into account, allowing people to project themselves into it rather than thinking about it in abstract ways; it provides spaces for discussion where nobody can be said to “know” … »

Read the full interview >>

 

« Seule l’imagination peut nous permettre d’inventer d’autres possibles »

AFD, « Des nouvelles de demain », Saison 3, 2022

« Face aux mutations du monde, Daniel Kaplan, penseur et un acteur du numérique et plus largement du futur, propose une méthode pour réinventer l’avenir. La géopolitique, l’économie, l’Homme en général mettent les sociétés à rude épreuve.
La domination occidentale a été systémique. Dans un rapport au vivant bouleversé, il est important de repenser le monde que l’on veut voir advenir. La technique ne sera pas la solution. Il faut miser sur l’imagination : se figurer le monde pour le voir advenir. »

Lettrés du futur

Article paru dans la revue Projet, n° 386 février-mars 2022

On connaît bien ce paradoxe : la connaissance des défis écologiques est établie et disponible, les personnes qui en ont conscience sont de plus en plus nombreuses, et pourtant cela ne se traduit pas en actes à la hauteur des enjeux. Nous savons ce qu’il faudrait quitter, mais pas à quoi ressemblerait le monde qu’il faudrait créer à la place.

Le système d’interprétation dont nous disposons – qui considère en particulier l’ensemble de la « nature » comme une ressource – ne fonctionne plus. Mais nous sommes collectivement incapables d’imaginer un monde soutenable. Voilà pourquoi la journaliste Naomi Klein et le porte-parole du mouvement international des « villes en transition », Rob Hopkins, disent du changement climatique qu’il traduit un « échec de l’imagination » (Horizons publics, n° 16, 2020).

L’article sur le site de la revue Projets >>

Eclairer son époque

Paru dans Éclairage et lumière du IIIe millénaire, 2000-2050, dir. Lionel Simonot et Vincent Laganier, éd. Lightzoomlumiere, décembre 2021

À qui désespère de l’inaction écologique, le domaine de l’éclairage apporte une première bonne surprise : voici un secteur d’activité qui, non content d’avoir basculé vers une technologie très efficiente et à longue durée de vie (les LED), travaille aussi à faire moins : réduire, espacer, parfois interrompre l’éclairage – un peu pour économiser l’énergie, surtout pour mieux respecter les rythmes circadiens des humains et des autres êtres vivants.

Cela mérite d’être signalé. Cependant ce retrait (relatif) de l’éclairage n’est pas un retrait de l’éclairagiste. Autrement dit, l’artificialisation « perceptive », spatiale et temporelle, qu’opère l’éclairage, continue de progresser tout en se faisant plus intelligente, plus attentive, plus subtile. Mais si l’artificialisation elle-même est le problème, alors quoi ?

Voilà une question typique de prospectiviste. Un prospectiviste n’a pas pour fonction de prédire l’avenir, mais d’aider les acteurs à explorer des lieux imaginaires nommés « futurs » pour, au retour, ouvrir des possibilités, signaler des risques, suggérer des alternatives et des choix à faire dans le présent. C’est ce que nous essaierons de faire ici, à la lecture des articles qui composent ce recueil et dont émerge un premier constat : le sujet de l’éclairage offre une coupe très intéressante sur l’organisation du monde humain, les tensions qui le parcourent et les bifurcations qui se dessinent à l’horizon. Nous prolongerons ce constat autour de trois sujets : l’artificialisation et la (dis)continuité, le climat et les ressources, enfin les paradoxes de “l’intelligence”.
(…)

Le livre sur le site de l’éditeur >>

Explorer les futurs du travail à l’aide des arts et de la fiction : retour d’expérience

Article de Daniel Kaplan & Ingrid Kandelman paru dans Communication & langages, vol. 210, no. 4, 2021

La prospective est une discipline qui vise à agir dans le présent de manière à influencer le futur. Elle connaît aujourd’hui une forme de « tournant fictionnel » qui vise à mieux explorer des futurs en rupture, à rendre la pratique prospective plus inclusive et à permettre aux individus de prendre conscience de leur capacité à transformer leur environnement. L’article rend compte d’une expérimentation sur les futurs du travail fondée sur l’usage de la fiction. Entre 2018 et 2020, trois ateliers ont testé différentes approches auprès de publics issus d’entreprises. Ils ont montré que le recours à la fiction facilite l’établissement du dialogue au sein de groupes hétérogènes, qu’il aide les individus à s’abstraire des discours dominants sur le futur, et qu’il leur permet de se percevoir comme des acteurs du changement. En revanche, des méthodes restent à développer pour faciliter le passage entre l’imagination de futurs alternatifs et la construction de chemins concrets de transformation.

L’intégralité de l’article peut être consultée sur Cairn >>

De qui l’identité numérique simplifie-t-elle la vie ?

Tribune parue dans Acteurs Publics, n° 150, mars-avril 2021

Depuis que l’informatique est devenue « le numérique », les deux ont à résoudre une contradiction : ils se présentent généralement comme un facteur de simplification du quotidien, alors qu’ils en accompagnent la complexification[1] continue – personnalisation, multiplication des choix et des canaux, innovation permanente, etc. Le chantier multiforme de l’identité numérique régalienne et sécurisée n’échappe pas à cette tension. Depuis au moins dix ans, les « solutions » se multiplient et se contredisent parfois, elles ne remplacent pour ainsi dire jamais l’existant mais s’y ajoutent, créant un écheveau que les utilisateurs auront la charge de démêler comme ils le pourront.

Les différents projets d’identité numérique régalienne ont un autre point commun : ils suscitent chaque fois toutes sortes d’études pour en explorer les usages[2]. Même s’il en ressort forcément des idées intéressantes, ces études suscitent tout de même une interrogation : au-delà de quelques usages évidents (la sécurisation des titres officiels, par exemple), l’identité numérique publique et sécurisée n’est-elle pas une réponse à la recherche de ses questions ? Certes, tout le monde préfère des démarches administratives (et autres) simples et sûres, mais avons-nous vraiment besoin d’un tel dispositif pour cela ? Vu de l’usager, quels problèmes un bon gestionnaire de mot de passe et des vraies démarches de simplification administrative ne pourraient-ils pas résoudre presque aussi bien ?

Simplifier la vie, mais de qui ?

Lire la suite »

Podcast Vlan! « Débuter 2021 de manière positive »

Grégory Pouy : « Je reçois Daniel Kaplan  qui est  le cofondateur de l’université de la pluralité. Anciennement figure emblématique du numérique en France, depuis plusieurs années il consacre son énergie  à connecter les individus et les organisations pour développer des imaginaires désirables pour le futur. Qu’ils soient artistes, auteur.e.s, designer, utopiste, chercheur.seuses ou autre.

Avec Daniel nous parlons de cette année 2020 qui a été difficile pour de très nombreux d’entres nous et une année 2021 qui commence sur les chapeaux de roue mais dans une atmosphère plutôt maussade avec comme seule ligne de mire l’effondrement de notre système voire de la vie.
Dès lors, comment résister? Comment envisager un futur positif et désirable.
Comment sourire à 2021? Ce sont des questions essentielles je crois car nous avons tous besoin de nous remonter le moral chacun et chacune.
C’est exactement le but de cet épisode qui, sans être nécessairement déconnecté de la réalité, nous permet de nous poser des questions centrales, de remettre en question l’ordre établi voire de questionner l’inquestionnable.
J’ai toujours beaucoup d’intérêt pour cette manière de réfléchir car ce sont, in fine, les questions les plus importantes, les plus essentielles je crois.
Cet épisode fait beaucoup d’écho avec lui que j’avais enregistré il y a 2 ans avec le sociologue Michael Dandrieux disponible ici: pourquoi vivons nous dans une société en défaillance? 

Je vous invite donc à écouter cet épisode avec le coeur et l’esprit ouvert. Il devrait vous faire du bien et générer des conversations passionnantes avec vos proches. »

https://podcasts.audiomeans.fr/vlan–8b487e552bff/-157-debuter-2021-de-maniere-positive-5c41b31e5f79

Designing for desirable visions: pitfalls and challenges

A written contribution to the « Sens Fiction » exhibition that took place in Lille in 2020.

« Design can easily produce desirable imaginary visions that concretely engender nothing desirable. To go beyond this, it needs a new philosophy, which itself would be part of a political vision. It’s about awakening to the responsibilities that accompany the power of this practice, but not simply this, because everyone these days says that they are responsible. It’s more about questioning the outcomes and co-producing other outcomes (in a real situation, with the stakeholders involved), while mastering the path forward, to avoid the eternal commercial take-over, and leaving the field open to appropriations and re-uses. It’s about liberating the field from its sponsors, without working far beyond its purview. »

Read the full text >>

The Battle of Imagination: Where Does Europe Fit In?

Historically, competition between states has promoted a degree of development in terms of technical progress. It has also been the source of intense antagonism, which in the 20th century plunged Europe into the chaos of the World Wars. The European Union was therefore built more on a desire for peace than on a sense of community.

Now more than ever, this promise of peace represents a foundation of the European framework. However, is this promise the only future narrative we can offer to the citizens of Europe? What is our dream for Europe? Must we abandon the ideal of European unity in order to imagine other possibilities? What do we desire for the future of this Europe? What shared imagination do Europeans want to work towards so as to envisage a desirable future? Meanwhile, on an international scale, major and competing transnational narratives are now at play: between the “American dream” and “Chinese miracle”, how can Europe develop its own great narrative, one true to its values?

The conference’s webpage >>